Mais… c’est quoi la pose longue ?


« Lumière Noire » expose prochainement à l’espace Magnan sur le thème de la pose longue.
Rassurez-vous, l’association ne fait pas de « pause » mais bien de la « pose » longue.
Lors de la préparation de l’expo, nous nous sommes rendu compte que cette technique était méconnue de certains.

Alors, en quoi consiste la pose longue...

La pose longue est une technique particulière de la photographie qui consiste à exposer une photo pendant un temps généralement compris entre quelques secondes et quelques minutes. En gros, si votre appareil permet de choisir ses réglages, ce dernier va prendre une photo « plus longtemps ».
L’intérêt de cette technique est de pouvoir photographier lorsque il  y a très peu de lumière ou encore  produire des images mariant harmonieusement zones floues et zones nettes.

Le travail va donc se faire essentiellement avec un trépied pour éviter le flou sur la photo. On peut tout aussi bien travailler sans trépied afin justement d’obtenir du flou, ce qui va donner une autre sensation, un autre sens à l’image.

Il existe une multitude de techniques. Nous en aborderons quelques unes au travers de quelques images présentes à cette exposition.

Photos de paysages et de nuit
La technique de la pose longue est souvent utilisée pour des photos de nuit. En effet, l’absence ou le peu de lumière présente fait que, si l’on prend une photo sans trépied et en mode automatique, on a toute les chances d’obtenir une image floue et/ou sombre.

Cette photo par exemple a fait l’objet d’un temps de pose de 120 secondes, l’appareil étant posé bien évidemment sur trépied. Pour vous donner les conditions de prise de vue, il faisait complètement nuit.

120 secondes de temps de pose

F. BASILEE – 120 secondes de temps de pose

Vous remarquerez les « vapeurs » ou « nuages » qui sont en fait les vagues de la mer venant se fracasser sur les rochers. La pose longue donne un effet différent.

C’est d’autant plus marqué sur la photo suivante pour laquelle on utilise la même technique, mais de jour !
Pour cela, on est obligé de réduire la quantité de lumière sur le capteur de l’appareil photo car on risque d’obtenir une photo complètement blanche (surexposée).

On utilise un filtre que l’on applique sur l’objectif de l’appareil photo. Ici, il s’agit d’un filtre ND400, très opaque ne laissant  passer que peu de lumière.
Il permet de multiplier le temps de pose par 400 (par exemple 1/50 x 400 = 200s = 2 min et 30 secondes).

Un exemple pour illustrer le tout.

Le filtre ND400 a été utilisé en plein jour

Le filtre ND400 a été utilisé en plein jour

Le but est d’obtenir un rendu différent, notamment à la surface de l’eau qui est « lissée » et l’on retrouve la « brume » formée par les vagues. Une photo impossible à faire sans ce filtre et un trépied.

Zones floues et nettes
L’autre avantage de la pose longue est d’associer harmonieusement le flou et le net.

La dame au chapeau

G. PELLEGRINO – La dame au chapeau

La « Dame au chapeau » est restée immobile le temps de la photo. Le personnage au premier plan, par contre, est passé devant l’objectif et est flou… ce qui apporte un dynamisme à la photo, associé à un effet de profondeur avec notre petite dame en contrebas et son fameux chapeau rose. Imaginez maintenant la même photo avec le personnage au premier plan … mais net ! L’impact visuel ne sera pas le même.

Déplacer son trépied lors de la prise de vue
Ou comment associer 2 images en une !
L’idée est d’obtenir une image double, complètement ou en partie. On remarquera sur la photo ci-dessous que le verre a 2 pieds alors que le haut du verre semble « normal ».

Le verre trouble ...est-ce ma vue ? :)

D. CICERO – Le verre trouble …est-ce ma vue ? :)

Pour obtenir cet effet, il suffit lors de la prise de vue de déplacer l’appareil  à la moitié du temps de pose choisi.

Par exemple, pour un temps de pose de 20 secondes, les 10 premières secondes vont « capter » le pied du verre à gauche. En déplaçant l’appareil photo de quelques centimètres vers la droite pour les 10 secondes restantes et toujours sur la même prise de vue, je vais « capter » le pied du verre à droite.
La même chose pourrait se faire bien évidemment avec photoshop, mais la satisfaction ne serait pas la même !

Le flou de bougé
Il s’agit du plus connu et du plus redouté quand il n’est pas apprivoisé. Et pourtant, bien maîtriser le flou de bougé permet d’obtenir des photos artistiques, qui attirent et interrogent le spectateur. La finalité doit être un flou prononcé qui peut aller de l’abstrait total à la suggestion explicite du sujet photographié.

Flou de bougé maitrisé

A.FUSTIE – Flou de bougé maitrisé

Ici, le regard est attiré par la jeune fille, qui fait tournoyer un bracelet lumineux. La pose longue permet de capter les rotations de ce dernier; tout autour la fête bat son plein. On a l’impression d’y être et on est emporté par la foule comme dirait Edith Piaf…

Le light painting
La peinture de lumière … ou light painting consiste à faire intervenir une source de lumière (fixe ou en déplacement) dans un environnement sombre. Toutes les traces lumineuses vont ainsi apparaître sur la photo sous forme de filé ou de transparence… comme avec l’exemple ci-dessous.

F.BASILEE - 15 secondes - Lightpainting

F.BASILEE – 15 secondes – Light painting

Une boite en carton, un flash, une silhouette découpée suffisent à créer cet effet. Cette silhouette fantomatique lumineuse est ajoutée lors de la prise de vue. Un coup de flash derrière un « pochoir » fait apparaitre ce Mickey vert.

Et maintenant ?
La technique de la pose longue offre une multitude de possibilités créatives. Le champ d’expérimentation est vaste avec pour seule limite l’imagination.
N’hésitez pas à nous faire part de vos créations ou de vos trouvailles via notre formulaire de contact !

Laisser un commentaire